Sexe entre frere et soeur histoires sexe

sexe entre frere et soeur histoires sexe

Et là il me pilonne sauvagement et éjacule dans mon anus. Une autre nuit, le voilà de nouveau dans ma chambre. Je ne vous raconte pas la peur que je lui ai faite. Je ne dis rien mais le bloque en lui prenant les fesses dans mes mains. Il retourne en moi et alors de plus belle mais cette fois avec encore moins de retenue que les nuits précédentes.

Je le sens jouir. Il sème sa semence en moi. Maintenant mon frangin vient presque toutes les nuits, sauf celles où mon petit copain dort avec moi. Entre frère et soeur - histoire érotique. Gris clair Gris Blanc. Les auteurs apprécient les commentaires de leurs lecteurs. Appelez le 08 95 22 70 Oui, et John La Semelle le dit bien haut, ce récit est super bandant et on espère lire une suite. Moi aussi je le fais avec mon demi frere et chaque fois qu'on le fais c'est que du plaisir et c'est ce qui nous pousse à recommencer à chaque fois.

Très bandante ton histoire. Jaimerait avoir une soeur pourgent faire sa. J' ai adoré cette histoire et j'aurais aimé que ma soeur soit pareil. Putain c tros bandant. Ça m'a fait bander car c'est excitant. J'aurais aimé avoir un frère malgré cela je suis fille unique.

Sinon je me suis déjà fais plaisir avec l'un de mes cousins, par ailleurs on continue à coucher ensemble. Mais un délice votre histoire! Putaiiiin tu m'excite trop Je m'occupe bien de toi et ton frère. Je baise avec six mec moi Aurélie. J'ai eu la même histoire sauf que nous sommes deux filles"moi et ma soeur". J'aimerai bien avoir un frère x.

Le coup du frère de 18 ans qui croit qu'on peut pénétrer une fille sans la réveiller, c'est plus que gros Mais bon, le texte reste très bien écrit, même s'il y'a un gros défaut de longueur, le texte aurait mérité à être plus étoffé, et beaucoup plus progressif dans l'évolution de la situation même si le style a eu son effet sur moi ;.

Mhhh très belle histoire, je me suis doigtée en l'a lissant et jouis.. Je suis puceau et aimeras bien trouver une fille plutot pas mal avec chatte poilu et humide merci. Oh non di dju!!!! Je mouille encore et toujours en lisant Délicieux vite la suite m'a chatte coule toute seule. Moi jai baiser mes deux soeurs jumelles cetais trop bon trop exitant pendant 5 ans.

L'été était déjà loin, le ciel gris laissait à peine filtrer les rayons du soleil. Les parents de Jimmy et Léah étaient de sortie. Jimmy, 19 ans, était un garçon populaire.

Sûr de lui, ne pensant qu'à plaire, cette soirée en compagnie de sa soeur Léah, 12 ans, ne l'enchantait pas. Mais le jeune homme avait promis à ses parents de rester une soirée à veiller sur sa soeur, au lieu de sortir avec ses amis. Finalement, ça ne le dérangeait pas tant que ça. Il n'était pas très proche de Léah, mais depuis quelque temps, il voyait sa petite soeur changer, devenir une adolescente.

A douze ans, sa poitrine commençait déjà à pousser, elle avait toujours le sourire, ce qui amenait à lui sourire et à la regarder en retour. Ses grands yeux verts brillaient, il avait remarqué aussi sa peau parfaite, sans défaut. Il devait souvent se changer les idées pour ne pas penser à des choses malsaines avec sa soeur.

Elle avait un physique qui lui plaisait. Ce soir là, ils regardaient ensemble un film que Léah avait choisi. Un de ces films romantiques que les jeunes filles adoraient regarder en boucle. Dehors, il pleuvait, et le vent soufflait. Léah était près de son frère, blottie. Le jeune homme n'avait pas l'habitude, mais malgré tout, il la tenait contre lui, la main sur le bras. Il ne regardait pas le film. Il la regardait, elle. Mais il y pensait.

Une image traversait son esprit, où il l'embrassait. Où il la déshabillait. Ou il lui apprenait Le film finit, Jimmy dit alors à sa soeur qu'il est temps d'aller dormir. Je n'arrive pas à dormir. Laisse moi dormir dans ta chambre. Il n'avait pas envie de s'encombrer d'une petite soeur dans sa chambre, où il ne pourrait pas faire ce qu'il veut, comme parler via Skype, tchater ou regarder des vidéos pornos.

Mais il tourna ce moment en sa faveur. Il voulait voir ce qu'il pourrait arriver. Léah monta d'abord dans la salle de bains, où elle prit une petite douche, et mis sa robe de nuit, et grimpa dans le grand lit de son frère tout de suite après. En bas, Jimmy tournait en rond. Devait-il la laisser dormir avec lui? A son tour, il monta dans sa chambre. Vêtu d'un simple boxer noir, il se mit sous la couette. Directement, Léah se blotti contre lui, pour se réchauffer.

Ses petites fesses plates dans sa culotte touchaient ses parties génitales. Jimmy dû prendre un grand souffle. Surtout que Léah se trémoussait, pour chercher une position confortable.

Le jeune homme ne pouvait pas se contrôler, et il sentit, bien malgré lui, son sexe entrer en érection. Il plaça sa main sur la cuisse de sa soeur, pour la remonter doucement. Il touchait sa peau.

Il lui caressait le ventre, avec des petits gestes circulaires. Léah ne disait rien, comme apaisée. Jimmy, lui, était dans ses pensées.

La robe de nuit avait remonté et le dos de Léah effleurait le ventre de Jimmy. Sans vraiment s'en rendre compte, sa main était sur le sein de Léah.

Il le touchait, le caressait. Elle n'avait pas vraiment une vraie poitrine, mais n'était pas plate non plus. Etrangement, la petite jeune fille ne disait rien. Elle se tortillait sur son frère. Il sentait son sexe gonfler, pousser contre la raie de la jeune fille. Il jouait avec le petit téton. Son autre main avait glissé dans son boxer, et il venait de brandir sa queue en dehors, pour la soulager, tant elle était serrée dans le vêtement.

L'engin était dressé entre son ventre et le dos de Léah, dur comme du bois. Quelque chose de différent se passait. Elle aimait les caresses de son frère sur son ventre, sur ses seins, et ça l'émoustillait, sans même qu'elle ne s'en rende compte. Ce n'était pas un câlin habituel. Jimmy avait relevé un peu plus la robe de nuit de sa soeur, pour mieux sentir sa peau.

Il la tenait un peu plus contre elle. Il continuait de toucher ses seins. L'instant d'après, Léah s'était avancée, pour se retourner, pour faire face à son frère. Dans la chambre éteinte, éclairée par la lune, tous deux pouvaient voir leurs yeux briller. Attendant d'avoir une réaction de la part de sa soeur, Jimmy agrippa l'élastique de la culotte et la fit descendre, jusqu'au genoux, puis le lui enleva complètement.

Il la rapprocha alors de lui, et il pu poser son gland sur la fente douce et imberbe de sa soeur. Une goutte de sperme jaillit soudainement. Avec sa queue, il caressait le pubis de Léah, qui ne disait absolument rien, envoutée par les caresses de son frère sur son ventre et ses seins. Ca devenait de plus en plus difficile pour Jimmy. Il arrivait à un point de non-retour. Il savait que si elle disait stop, il aurait beaucoup de mal à s'arrêter. Il mourrait d'envie de la pénétrer.

Parce qu'il était excité. Parce qu'il était plein de désir. Il ne pensait même pas au fait que c'était sa petite soeur. Il continuait de faire bouger sa queue sur la chatte de Léah, entre la fente, il la faisait glisser.

Il avait remonté sa robe de nuit si haut qu'il finit par lui dire "enlève là, tu veux?

...

Momie de sexe manque de sexe

Il avait bien aimé ça le petit cochon! Il me baise comme un puceau très excité et à peine entrer, il éjacule dans mon vagin en même pas une minute. Il a même pas pris le temps de me faire mouiller. Il me pénètre par derrière en mettant tout son poids sur moi, sans complexe. Et là il me pilonne sauvagement et éjacule dans mon anus. Une autre nuit, le voilà de nouveau dans ma chambre. Je ne vous raconte pas la peur que je lui ai faite. Je ne dis rien mais le bloque en lui prenant les fesses dans mes mains.

Il retourne en moi et alors de plus belle mais cette fois avec encore moins de retenue que les nuits précédentes. Je le sens jouir. Il sème sa semence en moi. Maintenant mon frangin vient presque toutes les nuits, sauf celles où mon petit copain dort avec moi. Entre frère et soeur - histoire érotique. Gris clair Gris Blanc. Les auteurs apprécient les commentaires de leurs lecteurs.

Appelez le 08 95 22 70 Oui, et John La Semelle le dit bien haut, ce récit est super bandant et on espère lire une suite. Moi aussi je le fais avec mon demi frere et chaque fois qu'on le fais c'est que du plaisir et c'est ce qui nous pousse à recommencer à chaque fois.

Très bandante ton histoire. Jaimerait avoir une soeur pourgent faire sa. J' ai adoré cette histoire et j'aurais aimé que ma soeur soit pareil. Putain c tros bandant. Ça m'a fait bander car c'est excitant. J'aurais aimé avoir un frère malgré cela je suis fille unique. Sinon je me suis déjà fais plaisir avec l'un de mes cousins, par ailleurs on continue à coucher ensemble.

Mais un délice votre histoire! Putaiiiin tu m'excite trop Je m'occupe bien de toi et ton frère. Je baise avec six mec moi Aurélie. J'ai eu la même histoire sauf que nous sommes deux filles"moi et ma soeur". J'aimerai bien avoir un frère x. Le coup du frère de 18 ans qui croit qu'on peut pénétrer une fille sans la réveiller, c'est plus que gros Mais bon, le texte reste très bien écrit, même s'il y'a un gros défaut de longueur, le texte aurait mérité à être plus étoffé, et beaucoup plus progressif dans l'évolution de la situation même si le style a eu son effet sur moi ;.

Mhhh très belle histoire, je me suis doigtée en l'a lissant et jouis.. Je suis puceau et aimeras bien trouver une fille plutot pas mal avec chatte poilu et humide merci. Dès le lendemain, je pris la décision de me ressaisir! Je rejoins Franck dans le salon et nous partions ensemble à la piscine. Notre arrêt arriva, nous descendions. Franck me voyant dans la lune posa une main sur mon épaule, histoire de me réveiller.

Une fois notre entrée payée, nous nous dirigions vers les cabines pour se changer, du monde partout Il se retourna, et se stoppa, il me contemplait à son tour: Je vis également dans son regard, que lui aussi se sentait bien gêné. Franck lui pénétra un doigt, puis 2 et commença un doux va-et-vient: Tout cela de manière la plus silencieuse possible étant cernés de tous bords par des tonnes de gens attendant une cabine pour se changer, il me prit par les reins et commença à viser ma chatte avec son énorme bite.

Franck commença à aller vraiment vite, je sentais ses couilles taper sur mon cul.



sexe entre frere et soeur histoires sexe

Il avait bien aimé ça le petit cochon! Il me baise comme un puceau très excité et à peine entrer, il éjacule dans mon vagin en même pas une minute. Il a même pas pris le temps de me faire mouiller. Il me pénètre par derrière en mettant tout son poids sur moi, sans complexe.

Et là il me pilonne sauvagement et éjacule dans mon anus. Une autre nuit, le voilà de nouveau dans ma chambre. Je ne vous raconte pas la peur que je lui ai faite. Je ne dis rien mais le bloque en lui prenant les fesses dans mes mains. Il retourne en moi et alors de plus belle mais cette fois avec encore moins de retenue que les nuits précédentes. Je le sens jouir. Il sème sa semence en moi. Maintenant mon frangin vient presque toutes les nuits, sauf celles où mon petit copain dort avec moi.

Entre frère et soeur - histoire érotique. Gris clair Gris Blanc. Les auteurs apprécient les commentaires de leurs lecteurs. Appelez le 08 95 22 70 Oui, et John La Semelle le dit bien haut, ce récit est super bandant et on espère lire une suite. Moi aussi je le fais avec mon demi frere et chaque fois qu'on le fais c'est que du plaisir et c'est ce qui nous pousse à recommencer à chaque fois. Très bandante ton histoire. Jaimerait avoir une soeur pourgent faire sa.

J' ai adoré cette histoire et j'aurais aimé que ma soeur soit pareil. Putain c tros bandant. Ça m'a fait bander car c'est excitant. J'aurais aimé avoir un frère malgré cela je suis fille unique. Sinon je me suis déjà fais plaisir avec l'un de mes cousins, par ailleurs on continue à coucher ensemble. Mais un délice votre histoire! Putaiiiin tu m'excite trop Je m'occupe bien de toi et ton frère.

Je baise avec six mec moi Aurélie. J'ai eu la même histoire sauf que nous sommes deux filles"moi et ma soeur". J'aimerai bien avoir un frère x. Le coup du frère de 18 ans qui croit qu'on peut pénétrer une fille sans la réveiller, c'est plus que gros Mais bon, le texte reste très bien écrit, même s'il y'a un gros défaut de longueur, le texte aurait mérité à être plus étoffé, et beaucoup plus progressif dans l'évolution de la situation même si le style a eu son effet sur moi ;.

Mhhh très belle histoire, je me suis doigtée en l'a lissant et jouis.. Je suis puceau et aimeras bien trouver une fille plutot pas mal avec chatte poilu et humide merci.

Vous avez l'autorisation de le reproduire et de le diffuser librement à condition de respecter la paternité du texte et de conserver les en-têtes de l'histoire. Vous n'êtes pas autorisé à faire un usage commercial de ce texte, toute modification du texte doit être distribuée sous licence identique.

Histoire envoyée à notre site des 'Histoires Taboues'. C'était fin septembre, un samedi. L'été était déjà loin, le ciel gris laissait à peine filtrer les rayons du soleil. Les parents de Jimmy et Léah étaient de sortie. Jimmy, 19 ans, était un garçon populaire. Sûr de lui, ne pensant qu'à plaire, cette soirée en compagnie de sa soeur Léah, 12 ans, ne l'enchantait pas. Mais le jeune homme avait promis à ses parents de rester une soirée à veiller sur sa soeur, au lieu de sortir avec ses amis.

Finalement, ça ne le dérangeait pas tant que ça. Il n'était pas très proche de Léah, mais depuis quelque temps, il voyait sa petite soeur changer, devenir une adolescente. A douze ans, sa poitrine commençait déjà à pousser, elle avait toujours le sourire, ce qui amenait à lui sourire et à la regarder en retour.

Ses grands yeux verts brillaient, il avait remarqué aussi sa peau parfaite, sans défaut. Il devait souvent se changer les idées pour ne pas penser à des choses malsaines avec sa soeur. Elle avait un physique qui lui plaisait. Ce soir là, ils regardaient ensemble un film que Léah avait choisi. Un de ces films romantiques que les jeunes filles adoraient regarder en boucle. Dehors, il pleuvait, et le vent soufflait.

Léah était près de son frère, blottie. Le jeune homme n'avait pas l'habitude, mais malgré tout, il la tenait contre lui, la main sur le bras. Il ne regardait pas le film. Il la regardait, elle. Mais il y pensait. Une image traversait son esprit, où il l'embrassait.

Où il la déshabillait. Ou il lui apprenait Le film finit, Jimmy dit alors à sa soeur qu'il est temps d'aller dormir. Je n'arrive pas à dormir. Laisse moi dormir dans ta chambre. Il n'avait pas envie de s'encombrer d'une petite soeur dans sa chambre, où il ne pourrait pas faire ce qu'il veut, comme parler via Skype, tchater ou regarder des vidéos pornos.

Mais il tourna ce moment en sa faveur. Il voulait voir ce qu'il pourrait arriver. Léah monta d'abord dans la salle de bains, où elle prit une petite douche, et mis sa robe de nuit, et grimpa dans le grand lit de son frère tout de suite après. En bas, Jimmy tournait en rond. Devait-il la laisser dormir avec lui? A son tour, il monta dans sa chambre. Vêtu d'un simple boxer noir, il se mit sous la couette. Directement, Léah se blotti contre lui, pour se réchauffer. Ses petites fesses plates dans sa culotte touchaient ses parties génitales.

Jimmy dû prendre un grand souffle. Surtout que Léah se trémoussait, pour chercher une position confortable. Le jeune homme ne pouvait pas se contrôler, et il sentit, bien malgré lui, son sexe entrer en érection. Il plaça sa main sur la cuisse de sa soeur, pour la remonter doucement. Il touchait sa peau. Il lui caressait le ventre, avec des petits gestes circulaires. Léah ne disait rien, comme apaisée. Jimmy, lui, était dans ses pensées.

La robe de nuit avait remonté et le dos de Léah effleurait le ventre de Jimmy. Sans vraiment s'en rendre compte, sa main était sur le sein de Léah. Il le touchait, le caressait. Elle n'avait pas vraiment une vraie poitrine, mais n'était pas plate non plus.

Etrangement, la petite jeune fille ne disait rien. Elle se tortillait sur son frère. Il sentait son sexe gonfler, pousser contre la raie de la jeune fille. Il jouait avec le petit téton. Son autre main avait glissé dans son boxer, et il venait de brandir sa queue en dehors, pour la soulager, tant elle était serrée dans le vêtement. L'engin était dressé entre son ventre et le dos de Léah, dur comme du bois.

Quelque chose de différent se passait. Elle aimait les caresses de son frère sur son ventre, sur ses seins, et ça l'émoustillait, sans même qu'elle ne s'en rende compte. Ce n'était pas un câlin habituel. Jimmy avait relevé un peu plus la robe de nuit de sa soeur, pour mieux sentir sa peau. Il la tenait un peu plus contre elle. Il continuait de toucher ses seins.

L'instant d'après, Léah s'était avancée, pour se retourner, pour faire face à son frère. Dans la chambre éteinte, éclairée par la lune, tous deux pouvaient voir leurs yeux briller. Attendant d'avoir une réaction de la part de sa soeur, Jimmy agrippa l'élastique de la culotte et la fit descendre, jusqu'au genoux, puis le lui enleva complètement.

Il la rapprocha alors de lui, et il pu poser son gland sur la fente douce et imberbe de sa soeur. Une goutte de sperme jaillit soudainement. Avec sa queue, il caressait le pubis de Léah, qui ne disait absolument rien, envoutée par les caresses de son frère sur son ventre et ses seins. Ca devenait de plus en plus difficile pour Jimmy. Il arrivait à un point de non-retour.

Il savait que si elle disait stop, il aurait beaucoup de mal à s'arrêter. Il mourrait d'envie de la pénétrer. Parce qu'il était excité.

.

Elle me demanda alors si elle aussi pouvait sentir mon sexe. Je descendis mon pantalon et mon slip, faisant apparaitre mon petit sexe tout raide, ce qui l'amusa, puis m'assis à ses côtés. Elle se pencha et le senti de loin, puis approcha son visage et le frotta doucement dessus. Je me penchai alors pour renifler moi aussi son petit abricot. On se frottait les visages contre les sexes et avons déposés plein de bisous très câlins dessus, mais uniquement des bisous.

On a passé une bonne partie de l'après-midi comme cela. C'est le bruit de la serrure qui nous fit sursauter et nous nous rhabillâmes à la hâte, juste à temps. Maman pénétra dans la chambre et nous disputa pour le capharnaüm. Les draps et couvertures par terre. Elle nous ordonna de tout nettoyer nickel pendant qu'elle rangeait les provisions qu'elle avait achetées. Elle vint ensuite inspecter le rangement. J'avais honte et j'évitais de m'approcher de maman car j'avais l'impression de sentir le pipi.

Ce n'était d'ailleurs pas qu'une impression. J'en avais la figure complétement barbouillée et chaque fois que j'inspirais, cette odeur suave remplissait mes narines. Nous avons dans les jours qui suivirent, recommencé ces petites séances à plusieurs reprises. Puis nous avons déménagé, et avions chacun notre chambre. Cela n'a rien changé à nos petites habitudes et, à chaque fois que l'on se retrouvait seul à la maison on s'adonnait à ce petit plaisir, soit dans sa chambre soit dans la mienne.

Notre petit jeu a évolué assez vite, et les bisous ont fait place à des léchages et sucions. J'aimais passer ma langue sur cette petite fente toute rose. Je faisais glisse ma langue partout, et avais découvert l'entrée de son vagin, sans même savoir ce que c'était. Je ne cessais d'y introduire ma langue. Pendant ce temps-là, Emilie prenait ma petite bite dans sa bouche et aspirait avec une force pas possible, puis léchait doucement. L'un comme l'autre on adorait l'odeur de nos zézettes et ne manquions pas une occasion d'en profiter.

Ainsi allait la vie à la maison. Ce n'est que bien plus tard, je ne pourrais pas dire combien de mois ou même d'années, que nous avons franchi un nouveau cap. Nous étions à la piscine publique et, au moment de la sortie, nous nous étions enfermés tous les deux dans une douche. Alors qu'on avait retiré nos maillots de bain pour nous laver, je me suis mis à genoux à la hauteur de son minou. La douche coulait et je ne m'étais pas aperçu qu'elle faisait pipi, aussi, j'ai commencé à la lécher et me suis alors rendu compte que le chaud ne venait pas simplement de l'eau qui coulait contre son ventre pour arriver sur son visage, mais venais de l'intérieur de sa zézette.

En plus il y avait un gout, or l'eau est insipide. Elle s'est mise à rigoler, mais cela m'a tellement plu, que je n'ai même pas redressé la tête et ai lécher goulument en essayant de boire ce liquide si délicieux. Je lui ai proposé de lui faire également pipi dessus, mais elle a refusé.

Heureusement car j'étais très excité par son urine, mais la mienne me dégoutais. Nous avons recommencé ce jeu de pipi dès que l'on pouvait.

Elle m'urinait sur ma petite quéquette qui se tendait à mort vers la sienne, ou plus souvent sur mon visage et dans ma bouche pendant que je la dévorais. Au début nous faisions ça dans la baignoire pendant la toilette, mais nous avons dû trouver une autre solution car maman n'aimait pas que l'on se douche ensemble. Elle disait qu'on était maintenant trop grand et en plus, à chaque fois il y avait de l'eau partout.

Se doutait-elle de quelque chose? J'avais une petite bâche plastique qui me servait de toile cirée, que je me servais lorsque je faisais de la peint ure. On s'en servait comme alèse que l'on mettait sur le lit. Aussi, je m'allongeais généralement sur le dos sans rien faire et elle s'accroupissait au-dessus de mon visage.

Après quelques secondes, elle se libérait déversant de grandes quantités d'urine dans ma bouche. Je la léchais alors, enfonçant ma langue dans ce petit trou et buvant un maximum de ce divin nectar ce qui lui procurait de très fortes sensation qui la faisaient crier de plaisir. On s'est alors aperçut que notre installation n'était pas idéale car la bâche avait retenu une grande quantité de pipi, qui s'était ensuite écoulé sur mon lit à coté de mon oreiller dès que l'on s'est relevé.

On a donc par la suite, installé une serviette sur l'alèse qui retenait ainsi toute l'humidité. Il nous suffisait de la rincer et la mettre à sécher sur le rebord de la baignoire prétextant que c'était la serviette du bain que l'un de nous deux avait pris. Plusieurs jours, j'ai dormi dans ces effluves d'urine qui avait coulé juste à l'emplacement de ma tête. Je basculait dans mes rêves en humant cette odeur de sexe.

C'est quand j'ai eu 12 ou 13 ans que mon sexe a considérablement changé. Il avait sérieusement grossi et commençait à s'orner de poil sombre. Ce n'était plus la quequette de petit garçon mais un sexe d'homme, ce qu'Emilie appréciait fortement de plus en plus. Régulièrement, quand nous étions seuls devant la télé, elle déboutonnait mon pantalon pour sortir ma bite et, passait de long moment la caresser tendrement et l'admirer sans pour autant aller jusqu'au bout.

Elle aimait la voir grandir et rougir de la sorte et dès que l'on entendait la serrure, elle se redressait vivement et je remontais ma braguette en vitesse, pour paraitre comme 2 enfants bien sage devant leur émission favorite.

Un soir mes parents étaient sortis à une réunion de copropriété. Nous étions sur son lit. Elle était allongée sur le dos et moi à genoux entre ses jambes.

Je frottais mon sexe tout tendu contre le sien. Il glissait le long de sa fente. Je fus donc très surpris lorsque après quelques minutes, une sensation étrange me pris dans le bas du ventre. Je sentais quelque chose sortir de mon zizi. Une sensation très agréable. Ce n'était pas du pipi mais un liquide un peu gluant, blanc transparent qui sentait assez fort, une odeur que je ne connaissais pas.

Elle en prit entre les doigts pour voir ce que c'était. Elle en frottait entre ses deux doigts puis l'étalait sur son sexe. Ça avait été très agréable et mon zizi n'était pas redescendu pour autant. Je l'imitais et lui étalais, en lui en mettant bien dans la fente jusqu'à l'entrée du trou. J'avais la bite toute tendu et elle s'amusait descendre la peau de plus en plus. Ca me faisait un peu mal mais j'avançais mon bassin en avant comme pour forcer encore plus.

Elle empoigna bien mon membre et descendit la main le long de ma verge jusqu'au poil, me décalottant ainsi complétement pour la première fois. J'avais pourtant essayé seul à plusieurs reprises pour des raisons d'hygiène, mais n'avait jamais été jusqu'au bout. Avec Emilie ça s'est fait tout seul. Elle restait ainsi, devant ce prépuce complétement tiré, à admirer mon gland complétement découvert. Il était tout rouge complétement engorgé. La peau du gland était toute lisse et luisante. De l'autre main, elle se mit à étaler du bout des doigts la goutte de sperme qui sortait encore de mon gland et me branla en même temps, juste au-dessus de sa petite chatte qui était encore toute mouillée.

A peine quelques minutes après, de puissantes giclées arrosaient de nouveau son abricot. On arrêta là-dessus et avons regagnés nos lit car nous étions fatigués et j'avais le sexe très sensible et douloureux après cette soirée mémorable. Le lendemain était un dimanche.

Mon père était parti faire du sport et ma mère faire quelques achats au super-Marché du coin. Emilie est venue dans ma chambre et baissant sa culotte, elle frotta son sexe avec ses doigts pour me les présentant en me disant de sentir. Je reniflais sans problème car j'avais l'habitude de sentir son foufouillon, mais là c'était surprenant, ça sentait le poisson.

Nous avons ri un bon moment. Elle était très excitée et passa sa main dans mon pyjama pour me saisir la verge. De suite je me mis à bander. Elle a baissé alors mon pantalon, s'est pencher et à commencer à me sucer. Elle s'est alors relevée et m'a annoncer que chez moi ça sentait pareil, même plus. Complétement folle d'excitation, elle m'a englouti la bite comme elle ne l'avait jamais fait. Elle l'avait prise complétement au plus profond de sa bouche, à telle point que sa bouche venait en butée contre les poils.

On n'en voyait plus le moindre morceau. Elle avalait tout me disant que c'était dommage que je ne me sois pas retenu, qu'elle aurait bien aimé que je refasse ça sur sa vulve mais que malgré tout ça avait été bon. Pas le temps de recommencer, on passait à la salle de bain se nettoyer chacun notre tour de peur que nos parents ne sente ces odeurs très significatives. Depuis ce jour, régulièrement, nos parties se terminaient par une éjaculation entre ses cuisses, avec quelques exceptions ou elle me suçait jusqu'au bout ou elle ne recrachait rien.

Généralement cela arrivait quand on ne voulait pas tacher les draps, comme par exemple quand on dormait dans le même lit chez nos grands-parents ou pendant les vacances. C'est d'ailleurs à une de ces occasions, que l'on a franchi l'ultime étape. J'avais 15 ans et Emilie 13 et demi. Elle commençait à avoir des seins et nous prenions l'un comme l'autre, beaucoup de plaisir quand je lui caressais ses petits mamelons. J'aimais les voir se durcir et pointer dès que je les titillais.

En plus Emilie, gémissait de plus en plus fort lors de nos attouchements et elle criait autant quand je m'occupais de ses tétons que de sa foufoune, ce qui n'était pas pour me déplaire.

Sa petite touffe était également un véritable délice. Très rapidement elle est passée de quelques poils épars, a un joli minou poilu, bien dessiné.

En plus, les poils conservaient l'odeur du pipi qui avait goutté le long de ces jolies boucles avant de tomber dans la cuvette. J'adorais ce mélange de cyprine et urine et souvent je reniflais sa culotte en attendant de sentir la source divine. C'est donc à cette époque que nous sommes partis en vacance en Espagne sur la Costa Brava. Mes parents avaient réservé dans une pension familiale.

Une sorte de petit hôtel qui donnait sur le port. C'était pour nous, des vacances inoubliables car nous étions les seuls maitres de notre chambre car nos parents n'en avaient pas les clés. Sous prétexte de mieux voir la télévision, nous avions rapproché nos deux lits, et personne ne soupçonnait quoique ce soit. Pourtant tous les soirs nous nous adonnions à notre activité préférée: Il nous est même arrivé de le faire à six reprises, ce qui dura toute la nuit et au matin, nous n'avions pas été à la plage avec nos parents afin de récupérer.

Cela nous permis de recommencer le matin. Un soir, après s'être longuement sucé et que j'ai éjaculé dans la bouche d'Emilie pour ne pas tacher les draps, j'étais allongé sur le dos pour me reposer un peu.

Emilie s'était assis sur mon ventre et se reculais pour se positionner contre mon sexe. Mon sexe s'était ramolli après notre première extase mais elle avait le don de me faire bander à mort dès qu'elle le voulait et c'est contre un véritable pieu prêt à exploser qu'elle frottait sa petite fente.

Je dormais à poings fermés. A un moment, je sens une paire de mains me caresser les cuisses, puis me les écarter pour glisser un doigt dans ma chatte serrée. Je suis gênée mais mon frère est plutôt mignon alors je fais semblant de dormir.

Je me laisse donc faire. Il est en train de lécher ma chatte. Je sens aussi sa bite le long de mon bras déjà bien dure. Maintenant, il remet ça avec ses doigts pour me les fourrer tout entiers, il est en train de dilater ma chatte. Il sort de ma chambre en vitesse. Il devenait tout rouge et dit: Et il partit aussitôt vers la salle de bains prendre sa douche.

La nuit suivante, il revient doucement dans ma chambre! Il avait bien aimé ça le petit cochon! Il me baise comme un puceau très excité et à peine entrer, il éjacule dans mon vagin en même pas une minute.

Il a même pas pris le temps de me faire mouiller. Il me pénètre par derrière en mettant tout son poids sur moi, sans complexe. Et là il me pilonne sauvagement et éjacule dans mon anus. Une autre nuit, le voilà de nouveau dans ma chambre. Je ne vous raconte pas la peur que je lui ai faite. Je ne dis rien mais le bloque en lui prenant les fesses dans mes mains. Il retourne en moi et alors de plus belle mais cette fois avec encore moins de retenue que les nuits précédentes.

Je le sens jouir. Il sème sa semence en moi. Maintenant mon frangin vient presque toutes les nuits, sauf celles où mon petit copain dort avec moi.

Entre frère et soeur - histoire érotique. Gris clair Gris Blanc. Les auteurs apprécient les commentaires de leurs lecteurs. Appelez le 08 95 22 70 Oui, et John La Semelle le dit bien haut, ce récit est super bandant et on espère lire une suite. Moi aussi je le fais avec mon demi frere et chaque fois qu'on le fais c'est que du plaisir et c'est ce qui nous pousse à recommencer à chaque fois. Très bandante ton histoire. Jaimerait avoir une soeur pourgent faire sa. J' ai adoré cette histoire et j'aurais aimé que ma soeur soit pareil.

Putain c tros bandant. Ça m'a fait bander car c'est excitant.



Dur sexe tumblr taille sexe

  • Sexe entre frere et soeur histoires sexe
  • 853
  • 718

Tamil sexe vedio le sexe nephael


A un moment, je sens une paire de mains me caresser les cuisses, puis me les écarter pour glisser un doigt dans ma chatte serrée. Je suis gênée mais mon frère est plutôt mignon alors je fais semblant de dormir. Je me laisse donc faire. Il est en train de lécher ma chatte. Je sens aussi sa bite le long de mon bras déjà bien dure.

Maintenant, il remet ça avec ses doigts pour me les fourrer tout entiers, il est en train de dilater ma chatte. Il sort de ma chambre en vitesse. Il devenait tout rouge et dit: Et il partit aussitôt vers la salle de bains prendre sa douche. La nuit suivante, il revient doucement dans ma chambre! Il avait bien aimé ça le petit cochon! Il me baise comme un puceau très excité et à peine entrer, il éjacule dans mon vagin en même pas une minute. Il a même pas pris le temps de me faire mouiller.

Il me pénètre par derrière en mettant tout son poids sur moi, sans complexe. Et là il me pilonne sauvagement et éjacule dans mon anus. Une autre nuit, le voilà de nouveau dans ma chambre. Je ne vous raconte pas la peur que je lui ai faite. Je ne dis rien mais le bloque en lui prenant les fesses dans mes mains. Il retourne en moi et alors de plus belle mais cette fois avec encore moins de retenue que les nuits précédentes. Je le sens jouir.

Il sème sa semence en moi. Maintenant mon frangin vient presque toutes les nuits, sauf celles où mon petit copain dort avec moi. Entre frère et soeur - histoire érotique. Gris clair Gris Blanc. Les auteurs apprécient les commentaires de leurs lecteurs. Appelez le 08 95 22 70 Oui, et John La Semelle le dit bien haut, ce récit est super bandant et on espère lire une suite. Moi aussi je le fais avec mon demi frere et chaque fois qu'on le fais c'est que du plaisir et c'est ce qui nous pousse à recommencer à chaque fois.

Très bandante ton histoire. Jaimerait avoir une soeur pourgent faire sa. J' ai adoré cette histoire et j'aurais aimé que ma soeur soit pareil. Putain c tros bandant. Ça m'a fait bander car c'est excitant. J'aurais aimé avoir un frère malgré cela je suis fille unique.

Directement, Léah se blotti contre lui, pour se réchauffer. Ses petites fesses plates dans sa culotte touchaient ses parties génitales.

Jimmy dû prendre un grand souffle. Surtout que Léah se trémoussait, pour chercher une position confortable. Le jeune homme ne pouvait pas se contrôler, et il sentit, bien malgré lui, son sexe entrer en érection. Il plaça sa main sur la cuisse de sa soeur, pour la remonter doucement. Il touchait sa peau. Il lui caressait le ventre, avec des petits gestes circulaires.

Léah ne disait rien, comme apaisée. Jimmy, lui, était dans ses pensées. La robe de nuit avait remonté et le dos de Léah effleurait le ventre de Jimmy. Sans vraiment s'en rendre compte, sa main était sur le sein de Léah. Il le touchait, le caressait.

Elle n'avait pas vraiment une vraie poitrine, mais n'était pas plate non plus. Etrangement, la petite jeune fille ne disait rien. Elle se tortillait sur son frère. Il sentait son sexe gonfler, pousser contre la raie de la jeune fille. Il jouait avec le petit téton. Son autre main avait glissé dans son boxer, et il venait de brandir sa queue en dehors, pour la soulager, tant elle était serrée dans le vêtement. L'engin était dressé entre son ventre et le dos de Léah, dur comme du bois. Quelque chose de différent se passait.

Elle aimait les caresses de son frère sur son ventre, sur ses seins, et ça l'émoustillait, sans même qu'elle ne s'en rende compte. Ce n'était pas un câlin habituel.

Jimmy avait relevé un peu plus la robe de nuit de sa soeur, pour mieux sentir sa peau. Il la tenait un peu plus contre elle. Il continuait de toucher ses seins. L'instant d'après, Léah s'était avancée, pour se retourner, pour faire face à son frère. Dans la chambre éteinte, éclairée par la lune, tous deux pouvaient voir leurs yeux briller. Attendant d'avoir une réaction de la part de sa soeur, Jimmy agrippa l'élastique de la culotte et la fit descendre, jusqu'au genoux, puis le lui enleva complètement.

Il la rapprocha alors de lui, et il pu poser son gland sur la fente douce et imberbe de sa soeur. Une goutte de sperme jaillit soudainement. Avec sa queue, il caressait le pubis de Léah, qui ne disait absolument rien, envoutée par les caresses de son frère sur son ventre et ses seins.

Ca devenait de plus en plus difficile pour Jimmy. Il arrivait à un point de non-retour. Il savait que si elle disait stop, il aurait beaucoup de mal à s'arrêter. Il mourrait d'envie de la pénétrer. Parce qu'il était excité. Parce qu'il était plein de désir. Il ne pensait même pas au fait que c'était sa petite soeur. Il continuait de faire bouger sa queue sur la chatte de Léah, entre la fente, il la faisait glisser. Il avait remonté sa robe de nuit si haut qu'il finit par lui dire "enlève là, tu veux?

La petite soeur de douze ans était nue dans le lit. Jimmy avait le boxer sous les fesses. Puis, il ajouta sa main à son sexe. Du même mouvement, il caressait son vagin. C'était une sensation étrange et agréable. Les hormones en ébullition, elle refusait que tout s'arrête.

Elle commençait à mouiller, ce que remarqua tout de suite Jimmy. Elle souleva même la jambe légèrement, pour lui faire comprendre qu'il avait le droit d'y aller, qu'elle laissait le passage. Jimmy sentait son sexe sous le vagin. Un seul mouvement, et il était en elle. Mais il attendait encore. Il lui enfonça un doigt.

Léah sursauta, en gémissant. Basculant la tête en arrière, la petite jeune fille prit la main de son frère pour la pousser. Le jeune homme poussa le doigt pour lui déchirer l'hymen. Léah cria par surprise. Jimmy avait passé un deuxième doigt et il allait et venait dans le vagin ensanglanté de sa soeur. Il faillit s'arrêter, quand Léah attrapa soudainement sa queue, pour la caresser. Pendant qu'il la doigtait, la jeune fille tenait la queue de son frère, et la caressait du bout des doigts.

Pour elle, la sensation était étrange. Le mandrin était énorme dans sa main. Jimmy faisait partie de la génération des jeunes hommes qui se rasaient. Et Léah aimait cette douceur. Le gland se rapprochait de plus en plus de l'entrée.

Jimmy avait retiré ses doigts, essuyé sur son boxer, pour revenir titiller les tétons de sa soeur, qui continuait de le branler maladroitement. En une seconde, elle se retrouvait sur le dos, jambes écartées. Jimmy l'avait emportée avec lui, et en basculant, il avait enfoncé son sexe en elle. Jimmy pouvait sentir le muscle du vagin resserrer sa queue, pendant qu'il s'enfonçait doucement.

Léah gémissait un "aaaaah" qui ne s'arrêtait pas. La queue lui faisait à la fois du bien, et à la fois mal. Quand Jimmy sentit qu'il était dans le fond, ne pouvant aller plus loin, il resta sans bouger de longues secondes, la queue serrée, entre les jambes écartées et relevées de sa soeur, appuyé sur ses avants-bras pour ne pas l'écraser. Léah respirait fort, tout comme Jimmy.

Il regardait sa petite soeur, qui avait les yeux fermés et la bouche grande ouverte, puis se mit à se retirer doucement, et à revenir.

sexe entre frere et soeur histoires sexe